"Starck ou l'amour de la science"« J'ai été élevé dans l'amour de la science, confie Philippe Starck . Mon père, ingénieur aéronautique, pensait naïvement que tout passait par là. Du coup, j'ai le réflexe de me tourner vers les hommes qui oeuvrent dans ce domaine quand je m'interroge sur ce que je dois faire. » Définitivement tourné vers l'avenir, le designer est le « candide » idéal pour partir à la rencontre de Kevin Warwick, chercheur cyborg qui expérimente sur lui-même des implants sous-cutanés le connectant à un ordinateu…